.......................................................................................................................................................................................... Photo S.C.
Tartares, Ouzbeks, Nénètses / tout le peuple ukrainien, / et même les Allemands de la Volga / attendent les traducteurs.
Et peut-être, en ce moment, / un Japonais / me traduit en turc / et atteint mon âme.

Ossip Mandelstam


jeudi 21 septembre 2017

Paura Rodríguez Leytón (1973 - Bolivie)






Comme s’il s’agissait d’un os bien poli,
je lime chaque jour les heures qui me chaussent,
mais parfois les fantômes me distraient
et les neurones ne parviennent pas à se toucher,
alors j’oublie que le parapluie est un parapluie.
Cela arrive dans les petits noyaux du sang.
Le voyage vers la vie primitive
commence chaque jour,
la chair se débat
et le corps,
parfois,
nous rend tristes.


Como si se tratara de un hueso bien pulido,
limo cada día las horas que me calzan,
pero a veces me distraen los fantasmas
y las neuronas no llegan a tocarse,
entonces olvido que el paraguas es paraguas.
Eso ocurre en los pequeños núcleos de la sangre.
El viaje hacia la vida primigenia
comienza cada día,
la carne se debate
y el cuerpo,
a veces,
nos hace tristes.

Gabriel Chávez Casazola (1972 - Bolivie)






Recette

Pourriture et surprise
un bon cocktail de dégoût
et de merveille
          (un coup venant d’elle)

Nous ne sommes que ça
selon les dires du barman :
poussière d’étoiles,
boue et lumière


Receta

Podre y sorpresa
un buen cóctel de asco
y maravilla
             (un golpe de ella)

Sólo eso somos
según refiere el barman:
polvo de estrellas,
légamo y luz


mardi 1 août 2017

Federico Díaz-Granados (Colombie - 1974)









GOOD BYE LENIN

Enfant je jouais parfois à être un cosaque.
D’autre fois je m’imaginais Komsomol ou cosmonaute.

L’enfance a passé comme ça :
les guerres du Tsar
dans un patio sans neige ni bouleaux,
sans steppes ni villages incendiés.
Parfois j’étais Kasparov ou l’ourson Misha
et je recréais des histoires d’amour dans le transsibérien.

La voix du père racontait les matriochkas et les samovars
le mausolée de Lénine sous une lumière ultraviolette
les monuments à Pouchkine et à Maxime Gorki
et les nuits blanches de Leningrad.

C’était l’été de 1985
et sur les ondes courtes on parlait de la perestroïka.
Le chœur de l’armée rouge était remplacé pas des chansons de U2
les récits de pionniers par un incendie à Tchernobyl.

Et dans ma chambre les cosaques ne sont pas revenus,
ni les komsomols, ni les cosmonautes
cette nuit où ma mère m’a souhaité bonne nuit
à voix basse pour ne pas réveiller toute la maison
tandis qu’elle éteignait pour toujours
la dernière lumière de mon enfance.


GOOD BYE LENIN

De niño algunas veces jugaba a ser cosaco.
Otras veces retozaba como Komsomol o cosmonauta.

Así transcurrió la infancia:
guerras del Zar
en un patio sin nieve ni abedules,
ni estepas ni pueblos incendiados.
A veces era Kasparov o el osito Misha
y recreaba historias de amor en el transiberiano.

La voz del padre daba cuenta de Matrioskas y samovares
y del mausoleo de Lenin bajo una luz ultravioleta
de los monumentos a Puskhin y Máximo Gorki
y de las noches blancas de Leningrado.

Era el verano de 1985
y por onda corta hablaron de la perestroika.
Cambiaron los coros del ejército rojo por canciones de U2
relatos de pioneros por un incendio en Chernobil.

Y no volvieron los cosacos, ni los komsomoles,
ni los cosmonautas a mi cuarto
en aquella noche en que mi madre me daba las buenas noches
en voz baja para no despertar a toda la casa
mientras apagaba para siempre
la última luz de mi infancia.


PÂTISSERIE METROPOL


Je viens sans langue depuis ma solitude
Luis García Montero


Je regarde dans la vitrine
le reflet de mon corps
sur le verre
et je me trouve gros, épuisé, sur ces gâteaux à la vanille.

Et je pense aux amis que je n’ai pas revus
et que savaient-ils de ce cœur périmé
où ne tient plus un seul centimètre du monde ?

Et quand tu ne te reconnais plus dans les pas de ton fils, ni dans
   le miroir
fatigué d’esquiver de mauvais présages
en voyant de loin la splendeur des pertes
l’indéchiffrable et l’inconnu.

Je me tais: mon silence atteint ce corps que je ne comprends pas,
je récure mon cœur de son dernier incendie.

Et je me sens toujours étranger sur cette vitre,
gros et fatigué
et derrière moi
des ombres, des gestes de grands-pères et d’oncles morts
sur des gâteaux à la vanille.


PASTELERÍA METROPOL

Yo vengo sin idiomas desde mi soledad
Luis García Montero


Miro en la vitrina
el reflejo de mi cuerpo
sobre el vidrio
y me veo gordo, cansado, sobre aquellos pasteles de vainilla.

Y pienso en los amigos que no volví a ver
¿y qué sabían ellos de este corazón caduco
donde no cabe ni un centímetro del mundo?

Y cuando no te reconoces en los pasos del hijo, ni en el espejo
harto de esquivar malos presagios
viendo de lejos el esplendor de las pérdidas
lo indescifrable y lo desconocido.

Callo: mi silencio alcanza ese cuerpo que no entiendo,
desmancho mi corazón de su último incendio.

Y sigo extranjero en ese vidrio,
gordo y cansado
y atrás de mí
algunas sombras, gestos de abuelos y tíos muertos
sobre los pasteles de vainilla.